L’interview « Prenez-en de la graine ! » de BioDemain

On se dit tout ! Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Que faites-vous ?  

Moi c’est Maxime, co-fondateur de la marque BioDemain que j’ai créée avec Stéphane, un ami. Nous sommes basés à Lille où nous avons fait nos études ensemble.

Dès le début, on avait la volonté de monter une boite qui ait un impact social et environnemental. Il y a 3 ans, mon grand oncle, agriculteur en Bretagne a voulu faire une conversion en bio. C’est une période de 2-3 ans compliquée pour l’agriculteur, il cultive du bio mais il n’est pas labellisé. La conversion a complètement ruiné mon oncle, qui a fini par revendre la ferme familiale. Ça nous a pas mal remué avec Stéphane… Alors il y a un an, on a décidé de créer une solution qui permette à chaque agriculteur qui veut s’engager pour un monde meilleur de le faire, en leur facilitant le passage au bio. 

BioDemain propose donc de valoriser les agriculteurs qui sont en transition vers un modèle plus durable. Durant cette période, ils ne sont pas reconnus bio, alors nous on va acheter leurs produits à un prix équitable, proche de celui du bio et valoriser la démarche auprès du consommateur, par exemple, on met en avant le producteur sur le packaging de chaque produit, on explique la démarche. 

Où et comment sont fabriqués vos produits ? 

Nos produits viennent en grande majorité des Hauts de France, car on a fait le choix de privilégier le local. 

Pourquoi avoir choisi le bio ? 

Notre génération est née dans un contexte anxiogène. Depuis petits, Stéphane et moi on était très branchés nature. On s’est ensuite intéressé aux sujets de développement durable. À titre personnel, on s’engage, on est végétariens, on privilégie le vélo…  

Face à l’échec de mon oncle, on s’est dit qu’on devait trouver un moyen de faire bouger les choses et on s’est penché sur la problématique de la conversion bio

L’alimentation c’est la base et pour nous, elle doit donc forcément être durable. Le bio c’est la manière dont on adresse la problématique de l’agriculture durable et notamment le sujet de la rémunération des producteurs. Stéphane a vécu toute sa vie dans le milieu agricole, beaucoup de membres de sa famille sont des agriculteurs, il connait très bien les problématiques, il a vécu de très près des problèmes de suicides dans le milieu agricole par exemple.  

BioDemain

Pourquoi devrait-on tous consommer bio ? 

Il y a 3 aspects à prendre en compte selon moi. D’abord c’est bien meilleur pour la santé. Ensuite le bio permet de recréer de l’emploi, si on est dans la démarche de la bio, avec toute la philosophie qui va derrière, on va se soucier de créer des emplois à échelle locale, des emplois bien rémunérés, on est préoccupé par l’impact sociétal et économique. Enfin il y a l’aspect environnemental, celui qui me tient personnellement le plus à coeur : le respect des sols, de l’eau, de la biodiversité. Aujourd’hui on est à un point de rupture écologique donc le bio est une solution pour manger durablement. Il est donc important qu’on s’y mette tous.

Ok pour le bio, mais si on changeait du tout au tout : vous faites quoi pour limiter votre impact carbone ? 

On est local à fond ! On privilégie des producteurs de la région. 

Niveau déchets, on essaie de réutiliser au maximum les cagettes qui sont normalement jetées par les distributeurs. On passe les récupérer chez nos partenaires à Lille pour les réutiliser. 

Là on est en train de travailler sur un projet de contenants réutilisables pour nos bouteilles de jus de pomme et pour le miel avec un système de consigne ou de récupération gratuite, on ne sait pas encore exactement. 

Qu’est ce qui vous rend fier ? 

Je suis super content de me dire qu’il y a déjà 10 producteurs qu’on accompagne quotidiennement et qu’il y en a une quarantaine qu’on va accompagner sur l’année en fonction des différents produits et de la saison. On est encore tout petits, on est au démarrage mais on a déjà un vrai impact ! 

C’est quoi votre combat ?

Stéphane est plus préoccupé par la cause des producteurs, la rémunération équitable alors que moi je suis plus préoccupé par la crise écologique qui arrive. Je crois qu’on pourra faire en sorte de l’éviter si on s’y met tous. 

BioDemainMaxime

À quoi rêvez-vous pour l’avenir ? 

Que le bio dans quelques années soit devenu la normalité. Tellement normal que les gens aient envie de consommer quelque chose qui va encore plus loin, sans aucun pesticide chimique ou organique (ndlr aujourd’hui il existe des pesticides issus de molécules naturelles autorisés en bio). Le bio est une super étape mais on peut aller encore plus loin. 

Qu’est ce que vous aimeriez transmettre aux générations futures ? 

J’aimerais qu’on leur lègue une terre en bonne santé, qui puisse nourrir tout le monde, qui a un vrai avenir. Notre génération se pose des questions sur son futur. On aimerait se dire que dans quelques années, avec BioDemain, on ait un avenir plus serein, qu’on soit sur une terre idéale, sans pollution. 

C’est tout simple ! 3 mots pour décrire votre marque ? 

Responsable, Equitable, Coopérative (dans le sens où on se concerte avec les parties prenantes)

C’est quoi votre produit chouchou ? 

Sans hésiter, le jus de pomme ! En plus d’être excellent, c’était notre premier produit, on l’a fait il y a un an avec Damien, le premier producteur à nous rejoindre, avec qui on a un lien fort. 

Un petit tip pour utiliser vos produits ? 

Je vous conseille notre miel dans la tisane, Stéphane fait ça avec de la tisane Menthe, Tilleul, Verveine et c’est excellent ! 

Pour la fin, un petit truc à partager ? 

Je dirais le film de Cyril Dion « Demain ». C’est celui qui m’a lancé dans la création de BioDemain, tout le monde devrait le voir ! 

Bio Demain