L'agriculture paysanne est le futur de l'agriculture

L’agriculture paysanne et l’agroécologie représentent un réel progrès pour l’humanité. C’est le message porté par AVSF – Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières - dans sa 6e campagne annuelle de sensibilisation, dont La Fourche est partenaire. 

Le progrès passe par les petits paysans et l'agroécologie.

La campagne « Le progrès c’est elle ! » montre les visages de petit•e•s paysan•ne•s qui chaque jour, grâce à la pratique de l’agroécologie, parviennent à mieux se nourrir, à préserver l’environnement et la biodiversité, à protéger leur santé et celle des consommateurs. Ils le font tout en renforçant leur autonomie alimentaire et en augmentant leurs revenus. À rebours des modèles agricoles industriels, AVSF veut faire entendre que le véritable progrès, c’est elles, c’est eux.

« Chez AVSF, nous sommes convaincus que l’avenir de l’agriculture n’appartient pas à l’élevage intensif et à la monoculture industrielle. Nous pensons que le progrès se situe ailleurs, dans les agricultures paysannes et la pratique de l’agroécologie », déclare Frédéric Apollin, directeur général
d’AVSF. Des réponses puissantes aux enjeux de demain

Une solution aux enjeux de demain

À travers cette campagne, AVSF poursuit sa défense de l’agroécologie en soulignant les solutions concrètes qu’elle apporte au changement climatique, à la pauvreté et à l’exclusion. Les pratiques agroécologiques sont synonymes de progrès, car les savoir-faire ancestraux des paysans s’enrichissent des avancées scientifiques et techniques pour utiliser au mieux les richesses naturelles des
écosystèmes.

L’agroécologie préserve ainsi la biodiversité et la vie des sols en s’appuyant sur les cycles naturels, en associant différentes variétés de plantes, en combinant agriculture et élevage et en utilisant des engrais naturels. Elle protège la santé des producteurs et des consommateurs grâce à la réduction des intrants chimiques.

Par des circuits d’échanges plus courts, elle rapproche les consommateurs des paysans. Elle permet enfin d’obtenir de meilleures récoltes et d’augmenter les revenus des communautés rurales.

Des victoires concrètes

Pour illustrer le progrès que constitue l’agroécologie, la campagne s’appuie sur
des projets synonymes de victoires pour les communautés paysannes. Au Honduras, des familles paysannes ont diminué l’usage d’intrants chimiques de 60 à 100 %. Au sud de Madagascar, les rendements de manioc ont été multipliés au minimum par 3. Au nord du Togo, les revenus de 1 500 familles paysannes ont augmenté de 30 %. Les exemples ne manquent pas. En 2018, ce sont en effet plus de 60 projets de développement qui ont été soutenus par AVSF dans une vingtaine de pays du Sud.

« Les projets que nous soutenons sont autant de preuves que le choix de l’agriculture paysanne et de l’agroécologie est pertinent, efficace et urgent ! », ajoute Frédéric Apollin, directeur général d’AVSF.

Cette campagne est aussi l’occasion d’interpeller les décideurs internationaux sur le modèle agricole à adopter pour nourrir les 10 milliards d’habitants que comptera la planète en 2050. Abordées pour la première fois dans les débats de la COP24, à l’ordre du jour des discussions de la FAO et du Comité de la sécurité alimentaire des Nations Unies (CSA), l’agroécologie et l’agriculture paysanne sont
encore trop lentement prises en compte dans les négociations internationales.

Allez visitez le site narretonspasleprogres.org pour soutenir l'agriculture paysanne et l'agroécologie à travers le monde et participer à la campagne d'AVSF.